VIE DE FEMME : AMAZONE OU BARBIE ?

Bénédicte Capo-chichi13

Vous trouvez que je boude? Attendez de savoir pourquoi.

Eh bien figurez-vous que dans ma petite bulle qui me gardait en mode « zen attitude »,  je suis tombée sur cette publication  le mois surpassé, tel un ballon délicat qui échoue sur le dos d’un hérisson. Pile poile en pleine commémoration de la fête du travail !!! J’ai d’abord cru à un canular car je fais partie de cette jeunesse qui a un peu écouté et suivi l’intéressé.

Au départ, vue qu’il y a déjà eu des hommes qui n’ont pas hésité à lever le bouclier en fustigeant au fil des commentaires sur la toile et même Mylène Flicka qui elle, a carrément versé toute sa plume, je n’ai plus jugé opportun d’en faire un billet. Et brusquement 🙂 , voilà que cette semaine, je suis tombée sur une offre d’emploi publiée par sa structure qui exclue évidement les femmes. Là ça a fait tilt en moi, tel un siesteur sur le front duquel vient de tomber une crotte d’oiseau. Autant marquer sa présence quit à parler toute seule sous l’arbre comme le dit l’adage, car qui sait où pourrait atterrir la prochaine? Alors, pour ne pas raconter des con******, mot censuré désolée les filles 🙂 , j’ai pris mon tabouret de causette et posé ma préoccupation à quelques hommes et femmes afin de prendre pour vous les tendances. Beaucoup n’ont pu s’empêcher de rire tellement c’est hilarant de sortir pareille chose même sous nos cieux où tout semble pourtant permis.

Bénédicte Capo-chichi11

Notre société est faite de tout.

Déclarer qu’une femme ne doit pas travailler ailleurs que sous la coupole de son père ou de son mari est aussi décalé qu’un adulte qui croit au père noël. Et même si je veux le prendre au mot, il faut constater que:

– Dans notre société, il y a des orphelines qui n’ont pas de mari. Il n’est pas évident qu’à 22 ans, l’étudiante qui a sa licence soit déjà sous le toit d’un mari pour qui elle va assurer le foyer. On ne va tout de même pas la blâmer pour ne s’être pas encore casée à cet âge! au même moment, on lui refuse d’aller faire valoir son diplôme et en vivre. Alors selon Edgard GUIDIBI, on va faire comment?

– Dans notre société il y a des familles monoparentales assurées par des femmes divorcées. La question n’est pas de savoir si elles ont quitté leur hommes ou si elles se sont fait largué. La question est: qu’est ce qu’on fait avec des enfants sur le bras si votre papa ne dispose pas de structure organisée pour que vous travailliez avec lui? Alors selon Edgard GUIDIBI, on va faire comment?

– Dans notre société, il y a des veuves. On voit tous les jours comment sont dépouillées ces femmes dès lors que leur mari n’est plus à leur coté. Qu’elles soient la 1ère ou la dernière épouse, qu’elles aient d’enfants ou pas, qu’elles aient contribué à bâtir l’existant ou pas. Combien sont-ils nos hommes à faire un testament pour assurer sécurité à femme et enfants au cas où? pour ceux qui le font, ça va suffire pendant combien de temps si la femme ne se trouve pas un travail salarié? Elle retourne chez son papa retraité ou bien  le frère de son mari va les recueillir en plus de sa femme à lui et ses enfants?  Si ce n’est cela,  selon Edgard GUIDIBI on va faire comment?

– Même dans les familles papa, maman, enfants qui semblent être le cas unique dont il a tenu compte dans son développement, combien sont-ils nos maris à être des hommes d’affaires, des directeurs de leur entreprise pour que nous leur épouses nous puissions travailler avec eux, garder la maison et prier pour eux?? Même Dieu que je prie me chasserait un jour du tabernacle et me dira: « Ma fille que fais-tu des talents que je t’ai donnés? Souviens toi; à celui qui en a on donnera; à celui qui refuse de produire, on lui arrachera le peu qu’il détient encore ».

Limiter les fonctions professionnelles de la femme au secrétariat et au commercial est vraiment bas. Non pas que je trouve ces fonctions négligeables en entreprise (je suis moi même commerciale d’ailleurs); mais c’est comme si le ministre du tourisme Béninois, lors d’un forum international, ne citait que les places de l’étoile rouge et des martyrs comme attractions touristiques de notre pays!!! Vous conviendrez avec moi que soit il est de mauvaise foi, soit c’est un intrus qu’on a parachuté là. Ce qui m’enmène à compléter:

– En milieu pro, il y a des sage-femmes et des Dr gynéco. Nous atterrissons tous dans leur main lors de notre 1er saut. Par ailleurs je peux affirmer que très peu d’hommes tolèrent que le docteur de leur femme soit un homme comme eux. Si si je le confirme tout haut. Même si entre filles ça nous fais sourire, il faut reconnaître que c’est leur droit.

– En milieu pro, il y a des enseignantes. Bonus garanti pour l’éducation des enfants car les enfants de toutes les mamans enseignantes que j’ai connu, malgré les moyens limités, quelque soit leur nombre, se sont fait une place au soleil dans notre société; pour m’en arrêter là.

Bénédicte Capo-chichi 1

Affirmer que nos grands mères qui étaient des ménagères ont vécu de ce fait plus heureuses que nous revient à dire que parceque les fesses de Jenifer Lopez ont l’air plus naturelles que celles de Nicki Minaj, elles sont des vraies. Ne pas confondre ce que nous disons à nos grands parents au détour de conversations juste pour faire figure de bon enfant, à la réalité. Nous savons tous qu’en valeur absolue, il n’y a pas de meilleur temps. Chacun vit les réalités et affronte les défis de son époque.

Oui il existe des patrons vicieux et alors?

Le monde qui entoure nos filles est jonché de bonnes comme de mauvaises personnes depuis leur premier jour des classes en milieu enseignant jusqu’à la fin de leur vie. Nous le vivons toutes, il n’y a pas de vacances pour une femme  en la matière. Même enceinte le ventre tout rond des hommes vous font des avances. Une amie m’a appelé il y a trois semaines toute retournée: « Bénédicte je me fais draguer à la banque pendant que j’allaite mon fils Beurk!!! ».  On va aller où donc? Plutôt éduquer nos filles à gérer que de les enfermer dans un cachôt 🙂 .

J’ai moi même eu le genre de patron qui malgré son double foyer et ses maîtresses m’a harcelée. Pour autant mon homme ne m’a pas dit de mettre mes papiers sous l’oreiller, me mettre à prier pour lui, garder les enfants qu’on avait même pas encore eu en ce moment. Aujourd’hui, je boss avec des patrons dont j’ai appris l’essentiel des stratégies de collaboration internationales de mon métier, rien de commun avec ce que mes profs de l’ENEAM m’ont enseigné et pourtant ils ont fait leur job.

Bénédicte Capo-chichi7

… il arrive que je sois seul dans mon bureau avec mon assistant jusqu’à 23h voire au-delà… Ehhh les filles, peut-on dire qu’on cherche à travers une publication à consolider les foyers pendant qu’on fait l’apologie de l’une des causes majeures de dislocation des couples? sous prétexte que quand c’est le mari qui traine tard la nuit ça peut passer? Posons les bonnes questions à l’épouse de cet assistant…

…Regardez tout homme riche ou ayant un minimum de pouvoir social ; la 1ère chose qu’il exige de son épouse est de ne pas travailler…. Moi j’en connais des hommes riches qui paient des connaissances pour embaucher leur femme et lui payer un faux salaire financé par lui le mari à l’insu de la femme. Tout ça pour que son épouse quitte la maison et vive une réalité professionnelle en dehors du foyer. Je vais peut-être griller sa couverture en parlant de cela ici.  Gardez-donc le secret d’Afrique les filles 🙂 Bref rien ne vaut des collègues qui vous enmèrdent mais aussi qui enrichissent vos journées. Tous les amis que j’ai vu sont unanimes, autant rentrer à la maison et être accueilli avec  » Chéri j’ai réussi à soumettre le dossier x à temps » plutôt que « Chéri j’ai réussi à dénicher là où les couches bébé se vendent moins chères ».

Nous avons toutes un coté barbie et un coté battante. Il ne faut juste pas laisser l’un éclipser l’autre.

On est pas dutout la même maman à la maison quand on a pas de vie professionnelle. On est pas la même directrice des ressources humaines quand on est pas maman et/ ou épouse attentionnée. Chaque dimension influence sur l’autre. A nous de décider si ce sera des influences positives qui profiteront à notre foyer ou pas.

J’ai beugué, rebouté, planté comme un PC, à vouloir trouver une raison plausible à ce que quelqu’un d’aussi cultivé nous accouche d’une réflexion pareille. En plus il nous sort dans ce même thème les notions de travail, de satanisme, de parité, d’homosexualité, de transexualité!!! Ouf… sur les quels mieux vaut pas s’y étaler tellement c’est un fous tout de chez salade. Je ne suis pas satisfaite de la réponse de mon ami qui m’a dit:  » A sa place, tu t’endurcirait peut-être autant car il a traversé des situations ». A mon avis nous en traversons tous.

Bénédicte Capo-chichi10

Quelqu’un a dit: l’écriture sainte est semblable à une grande montagne. Ceux qui se retrouvent de part et d’autre l’interprètent suivant la face qu’ils voient. Il est question de prendre de la hauteur pour en apprivoiser tous les contours.

N’oubliez pas, adresse de contact pour commentaires c’est votre e-mail 🙂 j’espère vous revenir avec un billet moins féministe♥♥ D’ici-là, croquez la vie à pleines dents et très bonne fête du ramadan à  vos adorables familles!!

Par Bénédicte CAPO-CHICHI A ce 16/07/2015

Share

8 réflexions au sujet de « VIE DE FEMME : AMAZONE OU BARBIE ? »

  1. Je comprends ton indignation ma chérie. Mais je pense que Edgard GUIDIBI n’a pas bien digéré la façon dont sa 1 ère femme l’a rendu cocu. Cette expérience l’a si tourmenté qu’il a perdu la boule. Si non comment peut on comprendre qu’un homme instruit de nos jours puisse tenir pareil discours. Chacun est libre d’apprendre ce ces expériences, concédons le lui. C’est sa vision. Et si cette vision devrait faire l’objet d’un vote uniquement pour gente masculine, je ne pense pas qu’il puisse s’en sortir pour autant. Quel homme sous nos cieux de nos jours ne voudrait pas que sa femme aie un gagne pain à moins qu’il soit plein aux as? Et même là encore les filles, je vous suggère vivement de furie tout homme qui vous empêcherait de travailler ou d’exercer le métier qui vous rends heureuse c’est important d’aimer ce que l’on fait pour pouvoir s’épanouir. Au boulot les filles personnes ne sait ce que nous réserve l’avenir. Si vous perdez des années de votre vie à jouer les housewives pour le bon plaisir de vos maries, vous risquez fort de vous retrouver les ailles bien brûlés. prenez y garde . Aujourd’hui vous nagez dans l’opulence peut être, la vie est rose car votre marie vous apporte la sécurité, le pain et le beurre et vous oblige à ne pas travailler vous accepter parce que vous ne manquer de rien. Mais, n’oublier pas tout peux arriver et ceci à un tout moment ( perte d’emploie, chute des affaires, nouvelle maîtresse et même décès…). qu’aller vous devenir à ce moment là vous qui n’aviez pas valorisé vos diplômes, vous qui n’aviez aucune expérience de vie active et dont le père ne possède pas d’entreprise ou vous qui êtes orpheline. Prenez garde et ne tombez jamais dans ce gros piège.
    Un grand merci à ma grande amie Bénédicte pour avoir réagi sur le sujet et réveillé les consciences qui somnolent.

    1. Hum….vlad ma cherie.tres chaud hein
      Pour ma part je respect l’avis de monsieur Guidibi. Voilà au moins un homme qui s’assume.
      2-il n’est pas contre le travail de la femme…mais plutôt le travail salarié de la femme
      3-c’est son entreprise. Concedons lui de faire le choix de ses employés

      1. En d’autre termes, une femme peut travailler il n’est pas contre; Mais sans espérer de revenus monétaires en contrepartie. 🙂 🙂

        1. Lol. je ne penses pas. la contrepartie du travail c’est quoi? d’abords une satisfaction morale, après un revenu, ensuite se sentir utile en accompagnant son conjoint dans l’atteinte des objectifs du couple….
          Benedicte, une femme peut avoir son entreprise, etre commerciale free lance, journaliste free lance, commercante, pharmacienne….
          L’autre vérité c’est que nous femmes protestons parceque le travail libéral des femmes n’est pas respecté. Moi j’ai essayé une petite entreprise en ligne il n’y a pas longtemps… mais, personne ne respectais cela. Tout le monde pouvait debarquer chez moi sans prévenir. C’est dommage. le béninois ne vous considère comme travailleur, que si vous quittez votre maison, que si vous avez un patron, que si vous avez un salaire…
          Retenons juste ce qu’il y a de pertinent dans ce que dit cet homme et avançons.
          Le constat est que nos enfants son élevés par d’autres, pas le temps de les caliner, de les écouter… les adolescents son livrés à eux même….Il y a tellement de choses…
          Alors qu’avec un peu de reflexion,on pourrait avoir l’epanouissement pro et l’epanouissement de sa famille.

          1. Le constat est que nos enfants son élever par d’autres,pas le temps de les calinés de les écouter.les adolescents son livrer à eux meme….il y a tellement de choses….tellement.
            Alors qu’avec un peu de reflexion,on pourrait avoir l’epanouissement pro et l’epanouissement de sa famille

  2. pour ma part en tant qu’homme, je comprends que les femmes nouvelles générations puissent s’insurger contre la position inédite que défende Mr Edgard. le savant galilée a dit  » je cite la terre tourne autour du soleil » et tout le monde sait la suite de cette assertion. une étude statistique révèle au bénin que s’il etait donné de choisir les hommes n’accepteraient pas que leur epouse aillent travailler mais les conditions économiques contemporaines obligent à céder à cette option.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *